Beyoncé et Jay-Z
Cette année, Jay-Z est apparu en Tommie Smith. Ce dernier était un athlète américain, resté célèbre pour son poing levé sur le podium du 200 mètres des Jeux Olympiques de Mexico en 1968, en protestation contre les discriminations faites aux Noirs aux États-Unis. Crédit photo : Instagram beyonce

Initiée par la styliste Kate Mack et mise en image par le photographe Xavier Dollin, cette affiche nous rappelle l’état du monde en 1968 et la réalité des injustices subies par la communauté noire américaine et la communauté noire dans le monde. Nous sommes en 2018 et notre époque ne peut pas se féliciter d’avoir mis un terme aux discriminations qui touchent le monde noir et l’Afrique en général. Alors, en levant à leur tour le poing, des personnalités de tous les horizons, de tous les milieux, de toutes les conditions relayent l’acte de ces deux sportifs noirs qui ont brandis leur poing durant les jeux olympiques de Mexico 1968. Kate Mack nous invite ainsi à brandir le poing, à faire barrage de nos corps, mais surtout à brandir le cœur en guise de manifeste de notre existence, avec la farouche volonté de prôner la possibilité de nos coexistences pacifiées.

Hubert Koundé est comédien, auteur et réalisateur. Au théâtre, il a joué pour Peter Brook (Le costume, 2002-2003). Au cinéma, il a joué pour Pierre Schoendoerffer, Mathieu Kassovitz (La Haine, 1994), Xavier Durringer, Anne Fontaine (Comment j’ai tué mon père, 1999), Mansour Sora Wade, Jean-Paul Salomé, Romain Levy, Fernando Meirelles (The constant gardener, 2005). À la télévision, il a joué pour Denis Amar, Hervé Hadmar, Raoul Peck (Sometimes in April, 2005). Il a réalisé deux courts métrages, tous deux primés par le public au FICA. Il a mis en scène CAGOULE, sa première pièce publiée, au Théâtre du Rond-Point… Dans L’AMORÉ, il utilise la forme de la comédie musicale pour explorer ses thèmes de prédilection, l’amour, la trahison, la vengeance.

 

Photo de Thomas Beillard (basé à Agde)

EXTRAIT

Si tu m’avais laissé le temps, je t’aurais regardé vivre, ivre de ce bonheur qu’on décrit dans les livres.

Je vous aurais admirés, emmuré dans mon angoisse, condamné à rester loin de toi.

Joyeux que tu sois dans de nouveaux draps, dans d’autres bras.

Parce que les miens te faisaient plus de mal que de bien.

Je m’efforçais de ne plus t’aimer avec beaucoup d’amour.

Prendre sur moi et ne jamais t’imaginer pour ordonner aux désordres de mes pensées de te laisser tranquille, de t’épargner les crises du mâle largué comme un mal.

D’un côté, je souhaitais ton échec, de l’autre, ta réussite pour enfin mater mon échec. 

Mais voilà, tu ne m’as pas laissé souffler… 

 

Hubert Koundé

Moi et mon frère, Maximin Koundé. Nous sommes au Vietnam sur le film Diên Biên Phu. Il s'agit de mon premier film avec un petit rôle. Je ne serai pas l'acteur que je suis si je n'avais pas été aidé par une fratrie talentueuse.

Hilaire Koundé et Maximin Koundé.

Hilaire Koundé, Auteur, acteur, peintre, designer et j'en passe. Le talent d'un king.

Isaac Koundé, acteur et auteur. Une fierté pour moi de l'avoir pour frère.